Depuis le 27 août dernier nous découvrons tous les soirs Valérie Kaprisky dans le rôle de Jo Réal du feuilleton de France 2 Un si grand Soleil. Née à Neuilly le 19 août 1962 elle a fait ses début au cinéma à 18 ans par des petits rôles sous son nom de naissance Valerie Chérès. Dès le troisième, Une glace avec deux boules…Valérie a sa première scène déshabillée : en culotte, seins nus. Elle a alors 19 ans.

La même année Valérie accepte le rôle principal de Pauline dans l’adaptation érotique du roman de Pierre Louÿs Aphrodite. Pour ce rôle comportant plusieurs scènes de nudité intégrale et frontale, Valérie choisi le pseudonyme de Valérie Kaprisky (Kaprisky étant le nom de sa mère). A partir de ce film, dans les années 1980, les réalisateurs ne vont plus proposer à la jolie Valérie que des rôles comportant des scènes (souvent nombreuses) nous détaillant l’anatomie parfaite de la jeune femmes. Et Valérie ne fait rien pour freiner cela en posant entièrement nue pour le magazine Lui en mai 1982 (sortie du film Aphrodite) et août 1983 (sortie du film A bout de souffle). Les photos dans Lui :

À la fin des années 1980, elle décide de ne plus accepter de rôle « déshabillé ». Elle déclare par la suite : « C’est vrai que, d’un coup, j’ai eu un problème avec la nudité. Je l’avais acceptée car la plupart des rôles féminins l’exigeaient dans les années 80. Mais j’avais le sentiment qu’on ne retenait que ça. À un moment, me retrouver nue sur un plateau m’a semblé insupportable ! ». De son propre aveu, son refus de la nudité à l’écran contribue alors à la raréfaction des propositions de rôles qui lui sont proposés. Retrouvons maintenant Valérie nue au cinéma.

Dans Une glace avec deux boules ou je le dis à maman (1981), Valérie nous montre ses seins

Dans, Aphrodite (1982), Valérie toute nue devant son miroir fait sa toilette

Dans La femme publique (1983), Valérie multiplie les scènes de nu intégral. Vue sous tous les angles, elle ne cache vraiment rien. Quelques images :

En 1983, dans Breathless (A bout de souffle Made in USA), Valérie se retrouve à plusieurs reprises à poil avec Richard Gere et nous offre un beau Full frontal sous la douche.

Enfin, en 1984, avec L’année des méduses, c’est la dernière grande prestation en quantité et en qualité de scène avec Valérie nue. A la plage, Valérie est topless. A la piscine, sur un yacht, nu intégral; Avec Jacques Perrin, nu intégral… Et quand Valérie est complètement à poil, c’est la totale : les seins, les fesses et la toison le plus souvent possible, avec parfois même un aperçu de sa fente malgré les poils bien abondants…

Pour en savoir plus : Toutes les apparitions de Valérie Kaprisky nue au cinéma